Les supermarchés des stations-service continuent de croître et de se transformer

Les supérettes des stations-service ont subi une profonde métamorphose depuis leur origine (en complément de la vente de carburant) à la situation actuelle, dans laquelle une réorganisation complète du modèle et de l’assortiment a été opérée «vers de nouveaux formats, en s’adaptant notre offre, en améliorant les points de vente, afin de les rendre plus attractifs pour le consommateur et de les servir au quotidien », a assuré David Cervantes, directeur de Non Oil chez Galp Energía dans le cadre de la IX Alimarket Great Consumption Meeting. Et les efforts semblent porter leurs fruits. Il suffit de dire que, sur la base des données fournies par le cabinet de conseil Nielsen et liées au TAM finalisé en octobre dernier, ce segment a généré 1,4% du chiffre d’affaires total de la grande consommation (péninsule + îles Baléares), après avoir enregistré une avance de 7 , 7% contre 2,8% au niveau mondial. Trajectoire positive dans laquelle la distribution a eu beaucoup à faire puisque, comme l’affirme Gema del Castillo, directeur du développement client de Nielsen, «l’entrée des distributeurs dans ce canal a permis d’accélérer sa transformation et nous avons eu plusieurs années croissance proche de 10% ». Et tout cela parce que chacun de ces magasins couvre “une mission différente”, alors que dans certaines régions, il peut “être un succès d’offrir un assortiment similaire à celui d’un supermarché de quartier, d’autres ont besoin d’un dynamique et avec une offre puissante de solutions alimentaires «in situ» ou prêtes à manger », explique Del Castillo.

DIA quitte le secteur

Dans le cadre de son engagement mondial à gagner des positions sur le marché de la commodité, DIA a lancé début 2018, conjointement avec BP, un projet pilote qui sera installé dans plusieurs stations pétrolières à Madrid, avec le label “ Shop ”. Cependant, en mars 2019, les deux entités ont mis fin à cet accord, qui comprenait 12 sites actifs (quatre avec l’anagramme et le reste fourni par le groupe répertorié) bien que, à l’époque, DIA ait souligné que son projet en Les stations-service étaient encore «vivantes» grâce aux franchises «Cada Dia». Mais l’arrivée d’un nouveau propriétaire et d’une nouvelle équipe de direction dans la chaîne a entraîné un changement de direction et, maintenant, il a décidé d’éliminer «Every Day» et de quitter ce marché. Cependant, la disparition de ce dernier n’est pas aussi immédiate que celle de «Shop», car certains des contrats signés avec les franchisés n’expirent qu’en 2020. C’est pour cela qu’une trentaine d’entre eux continuent de fonctionner » Chaque jour »dans les stations-service, des données très similaires à celles de 2018. Pour sa part, BP maintient son accord avec les supermarchés Dinosol pour l’installation de centres« Dinoshop »dans une partie de ses stations-service des îles Canaries. Actuellement, il existe 29 établissements en activité.

“Supercor Stop & Go” dépassera les 300 points de vente

En septembre 2017, El Corte Inglés et Repsol ont signé un accord «stratégique» grâce auquel ils prévoyaient de créer «le plus grand réseau de magasins de proximité et de proximité en Espagne», dans la mesure où le groupe madrilène pourrait étendre sa marque «Supercor» Stop & Go »dans environ 3 500 centrales énergétiques« Repsol »,« Campsa »et« Petronor »dans notre pays, détenues et franchisées. Parallèlement, El Corte Inglés devient la centrale d’achat de Repsol, mettant à sa disposition plus de 35000 références alimentaires, gourmandes, boissons et bazars, ainsi que 60000 articles non alimentaires (loisirs, accessoires …).

À peine douze mois plus tard, les deux sociétés ont fait cette première annonce et présenté un plan d’expansion qui prévoit le lancement d’un Supercor Stop & Go de mille mil au cours des trois prochaines années. À la fin de 2018, un total de 113 opéraient qui, à la mi-2019 (dernières données connues), s’élevaient à plus de 200, avec 2019 devrait se terminer avec 350. Si ce plan était réalisé, El Corte Inglés deviendrait le plus ouvreur de l’année, bien qu’il continuerait d’occuper la deuxième position du classement.

Et c’est que, au sommet, continue Carrefour, qui gère 399 notre Carrefour Express », après en avoir sorti 42 cette année, sur la base des propres données d’Alimarket. En effet, l’engagement de la société française dans ce métier est tel que la quarantaine des supérettes qui ont vu le jour représente plus de la moitié (plus précisément 58,3%) du total des ouvertures matérialisées par les français à ce jour, fixé à 72.

Après Carrefour et Supercor, le Galicien Gadisa occupe la troisième position en nombre de magasins. Cette année, il a ajouté 13 «Claudio Express» (1 850 m²). Il en contrôle actuellement 72, dont le premier au niveau de la rue à La Corogne (200 m²), lancé en juin.

De nouveaux modèles commerciaux arrivent

Les opportunités de croissance offertes par les stations-service (avec un marché potentiel de près de 9 000 emplacements) sont devenues un pôle d’attraction pour la distribution, ce qui, dans certains cas, a conduit ces emplacements à ses plus jeunes paris.

C’est le cas d’Auchan Retail qui, fin 2018, a créé sa bannière de proximité «Mi Alcampo», dans une station-service de Valdepeñas (Ciudad Real). Quelques mois plus tard, en mars, Eroski a reproduit son modèle de commodité urbaine de Rapid à Gernika (Biscaye), auquel plus tard, deux autres ont été ajoutés à Pampelune et Logroño, tous dans des stations-service «Avia». Dans la lignée, le Basque a fait remarquer à Alimarket que, bien que “pour le moment” il n’y ait pas d’accord entre les deux sociétés, elles ne l’excluent pas pour l’avenir. En tout cas, les trois magasins ouverts proposent plus de 1 500 références de produits alimentaires, boissons, pharmacie, parfumerie et propre four.

De son côté, la compagnie d’énergie Galp a dévoilé, avec GM Food Iberica, une nouvelle image intérieure et extérieure dans ses unités commerciales. En conséquence, ce que l’entreprise appelle la «foodconvencience» a vu le jour, qui, selon David Cervantes, rassemble «le meilleur de la dynamique, le supermarché et les cafés dans le même concept». Son test pilote a débuté l’été dernier, à Valdemoro (Madrid), sous la bannière “Suma Express”. Tournés vers l’avenir, les plans visent à rénover principalement les installations des centres urbains dans le but qu’à terme, une centaine de ses près de 300 points de vente actuels opèrent sous ce format de franchise.

Source: ALIMARKET