Les nouveaux modèles élargissent leur champ d’action

La bonne réception de ces formats auprès des consommateurs a fait peu à peu évoluer le confort urbain.

C’est le cas de «Rapid», un modèle développé par Eroski et sa filiale pour la Catalogne, Caprabo. En fait, c’est cette entreprise qui, en 2015, a créé «Caprabo Ràpid», caractérisé par le fait d’être un centre «très urbain, agile et dynamique», orienté vers un public qui «exige la proximité, la durée, la variété de l’assortiment et des services. de valeur ajoutée », alliée à ses piliers traditionnels (« variété, qualité, proximité, service »), souligne la chaîne catalane. Déjà en 2017, c’est Eroski qui a commencé son expansion, en prenant le nom précité de «Rapid», qui a le «plus grand assortiment au mètre carré», assurent-ils auprès de ces entités. A ce jour, l’enseigne cumule 14 points de vente (2218 m2), huit gérés par Caprabo (1200 m2) et six par Eroski (1018 m2).

Ce 2019, quatre ans après son lancement, «Caprabo Ràpid» a fait le saut en dehors de la ville de Barcelone, atteignant Lleida (150 m2). Ses ouvertures cette année sont complétées par une autre paire de centres dans la capitale catalane, qui compte actuellement huit «Ràpid» qui, selon Claudio Estévez, «fonctionnent très bien car, manifestement, ils répondent aux nouvelles demandes des consommateurs». «Nous sommes très satisfaits de l’évolution de ce format», abonde ce manager, alors «nous continuons à travailler pour que sa mise à jour soit quelque chose de continu». Concernant son «mix», environ 75% sont des aliments (5% des plats préparés) et, 25%, des non-alimentaires.

De son côté, Eroski a intégré trois “ rapides ” (495 m2) dans les communes baléares de Cala Viñas (260 m2) et la ville de Palma (100 m2), ainsi que le premier de la capitale de Grenade (135 m2), qui a impliqué son arrivée en Andalousie. En 2018, «Rapid» a fait ses débuts à Alicante et Madrid avec deux self-services dans la municipalité de Torrevieja et dans la capitale. Cependant, le Madrilène a fermé “temporairement” en novembre dernier en raison de “réformes dans le bâtiment” où il était installé, a confirmé Eroski à Alimarket. Ses prévisions incluent la sortie de 200 «Rapid» dans cinq ans. Sur ses 3 600 produits, environ 4% (environ 200) relèvent de ce que l’entreprise appelle Cul Culinary Solutions », répartis à parts égales entre la consommation immédiate (empanadas ou salades) et les préparations alimentaires. Au niveau mondial, 94% de son portefeuille est alimentaire, 5% non alimentaire et, 1%, des campagnes menées avec des références exclusives. De plus, en 2019, la coopérative a répliqué ce format dans ses trois premiers via les stations-service Avia, à Pampelune (128 m2), Gernika-Lumo (Biscaye, 100 m2) et Logroño (67 m2). Le groupe andalou MAS a également inauguré en avril dernier son premier “ Mas & Go ” à Cordoue, plus précisément dans la capitale (250 m2), auxquels deux autres ont été ajoutés à Séville (725 m2), qui ont localisé leur tissu dans 11 magasins (3575 m2). Il est à noter que cette marque, qui a fait ses premiers pas en 2011, a intégré ces services d’exercice comme “ La Cocina ”, où elle propose plus de 20 plats fraîchement préparés qui, à leur tour, peuvent être dégustés dans l’espace “ Eat & Go ”, pour la première fois. également en 2019.

Parallèlement, à la fin de l’année 2018, Auchan Retail Espagne apportait son modèle de proximité au Pays Basque. Plus précisément, il a transformé une «Simply City», à Vitoria-Gasteiz, en «Mi Alcampo» et, en son sein, au format «7d7». Actuellement, 16 magasins «7d7» sont opérationnels, dont deux ont été ouverts cette année dans la capitale de Saragosse. En dehors de cette norme, les Français développent d’autres concepts étroitement liés à la commodité. En ce sens, elle a incorporé en octobre dernier «Mi bistró» (un service déjà opérationnel dans les hypermarchés), dans un premier supermarché de Madrid. C’est une zone qui fonctionne comme une petite cafétéria, avec un service de bar et une vitrine réfrigérée avec des sandwichs, des sandwichs et des jus de fruits. En face se trouve la zone de consommation «Mi Espacio», avec des tables, des chaises, des micro-ondes et un écran avec un contenu général. Le “ Mi Espacio ” susmentionné était déjà disponible dans le “ Alcampo Supermercado ” dans le quartier madrilène de Montecarmelo – qui propose également “ Mi Bistró ” -, en plus de Saragosse (c / Cesar Augusto et Fernando el Católico), Pampelune (c / Marcelo Celayeta), Barcelone (Mercado San Martí) et Madrid (c / Orense). A noter que ce dernier a été le premier à intégrer l’espace “ Mes plats cuisinés ”, qui propose des plats prêts-à-manger servis en vrac (riz, pâtes, ragoûts, etc.) et qui vient compléter un espace existant appelé “ Take Une façon ‘. Situé à l’entrée des locaux, il comprend des étagères réfrigérées complètes regroupant toutes les références appartenant à ce concept (salades, crèmes, boissons froides, cafés RTD, etc.).

Enfin, la Ferjama de Madrid («Casa Elías, El Buen Mercado») vient de lancer renar Zona para ti », un espace avec des tables, des chaises et un micro-ondes. L’idée est que les clients consomment les articles précuits trouvés dans la section «Manger», située à l’entrée du magasin et qui se compose de plusieurs vitrines réfrigérées. Actuellement, on le retrouve dans les trois ouvertures que Ferjama a faites en 2019 dans la capitale madrilène.

La source: ALIMARKET

Chez Exkal, nous rejoignons le mouvement “On fait tourner les têtes”

Chez Exkal, nous avons rejoint l’initiative des entreprises familiales «Nous donnons nos visages» pour stimuler l’activité économique et pour que, parmi toutes les personnes et les entreprises, nous puissions mener à bien cette situation compliquée.

Pour ce faire, nous avons réalisé cette vidéo qui résume notre engagement social lors de la pandémie COVID-19.

 

Les supermarchés des stations-service continuent de croître et de se transformer

Les supérettes des stations-service ont subi une profonde métamorphose depuis leur origine (en complément de la vente de carburant) à la situation actuelle, dans laquelle une réorganisation complète du modèle et de l’assortiment a été opérée «vers de nouveaux formats, en s’adaptant notre offre, en améliorant les points de vente, afin de les rendre plus attractifs pour le consommateur et de les servir au quotidien », a assuré David Cervantes, directeur de Non Oil chez Galp Energía dans le cadre de la IX Alimarket Great Consumption Meeting. Et les efforts semblent porter leurs fruits. Il suffit de dire que, sur la base des données fournies par le cabinet de conseil Nielsen et liées au TAM finalisé en octobre dernier, ce segment a généré 1,4% du chiffre d’affaires total de la grande consommation (péninsule + îles Baléares), après avoir enregistré une avance de 7 , 7% contre 2,8% au niveau mondial. Trajectoire positive dans laquelle la distribution a eu beaucoup à faire puisque, comme l’affirme Gema del Castillo, directeur du développement client de Nielsen, «l’entrée des distributeurs dans ce canal a permis d’accélérer sa transformation et nous avons eu plusieurs années croissance proche de 10% ». Et tout cela parce que chacun de ces magasins couvre “une mission différente”, alors que dans certaines régions, il peut “être un succès d’offrir un assortiment similaire à celui d’un supermarché de quartier, d’autres ont besoin d’un dynamique et avec une offre puissante de solutions alimentaires «in situ» ou prêtes à manger », explique Del Castillo.

DIA quitte le secteur

Dans le cadre de son engagement mondial à gagner des positions sur le marché de la commodité, DIA a lancé début 2018, conjointement avec BP, un projet pilote qui sera installé dans plusieurs stations pétrolières à Madrid, avec le label “ Shop ”. Cependant, en mars 2019, les deux entités ont mis fin à cet accord, qui comprenait 12 sites actifs (quatre avec l’anagramme et le reste fourni par le groupe répertorié) bien que, à l’époque, DIA ait souligné que son projet en Les stations-service étaient encore «vivantes» grâce aux franchises «Cada Dia». Mais l’arrivée d’un nouveau propriétaire et d’une nouvelle équipe de direction dans la chaîne a entraîné un changement de direction et, maintenant, il a décidé d’éliminer «Every Day» et de quitter ce marché. Cependant, la disparition de ce dernier n’est pas aussi immédiate que celle de «Shop», car certains des contrats signés avec les franchisés n’expirent qu’en 2020. C’est pour cela qu’une trentaine d’entre eux continuent de fonctionner » Chaque jour »dans les stations-service, des données très similaires à celles de 2018. Pour sa part, BP maintient son accord avec les supermarchés Dinosol pour l’installation de centres« Dinoshop »dans une partie de ses stations-service des îles Canaries. Actuellement, il existe 29 établissements en activité.

“Supercor Stop & Go” dépassera les 300 points de vente

En septembre 2017, El Corte Inglés et Repsol ont signé un accord «stratégique» grâce auquel ils prévoyaient de créer «le plus grand réseau de magasins de proximité et de proximité en Espagne», dans la mesure où le groupe madrilène pourrait étendre sa marque «Supercor» Stop & Go »dans environ 3 500 centrales énergétiques« Repsol »,« Campsa »et« Petronor »dans notre pays, détenues et franchisées. Parallèlement, El Corte Inglés devient la centrale d’achat de Repsol, mettant à sa disposition plus de 35000 références alimentaires, gourmandes, boissons et bazars, ainsi que 60000 articles non alimentaires (loisirs, accessoires …).

À peine douze mois plus tard, les deux sociétés ont fait cette première annonce et présenté un plan d’expansion qui prévoit le lancement d’un Supercor Stop & Go de mille mil au cours des trois prochaines années. À la fin de 2018, un total de 113 opéraient qui, à la mi-2019 (dernières données connues), s’élevaient à plus de 200, avec 2019 devrait se terminer avec 350. Si ce plan était réalisé, El Corte Inglés deviendrait le plus ouvreur de l’année, bien qu’il continuerait d’occuper la deuxième position du classement.

Et c’est que, au sommet, continue Carrefour, qui gère 399 notre Carrefour Express », après en avoir sorti 42 cette année, sur la base des propres données d’Alimarket. En effet, l’engagement de la société française dans ce métier est tel que la quarantaine des supérettes qui ont vu le jour représente plus de la moitié (plus précisément 58,3%) du total des ouvertures matérialisées par les français à ce jour, fixé à 72.

Après Carrefour et Supercor, le Galicien Gadisa occupe la troisième position en nombre de magasins. Cette année, il a ajouté 13 «Claudio Express» (1 850 m²). Il en contrôle actuellement 72, dont le premier au niveau de la rue à La Corogne (200 m²), lancé en juin.

De nouveaux modèles commerciaux arrivent

Les opportunités de croissance offertes par les stations-service (avec un marché potentiel de près de 9 000 emplacements) sont devenues un pôle d’attraction pour la distribution, ce qui, dans certains cas, a conduit ces emplacements à ses plus jeunes paris.

C’est le cas d’Auchan Retail qui, fin 2018, a créé sa bannière de proximité «Mi Alcampo», dans une station-service de Valdepeñas (Ciudad Real). Quelques mois plus tard, en mars, Eroski a reproduit son modèle de commodité urbaine de Rapid à Gernika (Biscaye), auquel plus tard, deux autres ont été ajoutés à Pampelune et Logroño, tous dans des stations-service «Avia». Dans la lignée, le Basque a fait remarquer à Alimarket que, bien que “pour le moment” il n’y ait pas d’accord entre les deux sociétés, elles ne l’excluent pas pour l’avenir. En tout cas, les trois magasins ouverts proposent plus de 1 500 références de produits alimentaires, boissons, pharmacie, parfumerie et propre four.

De son côté, la compagnie d’énergie Galp a dévoilé, avec GM Food Iberica, une nouvelle image intérieure et extérieure dans ses unités commerciales. En conséquence, ce que l’entreprise appelle la «foodconvencience» a vu le jour, qui, selon David Cervantes, rassemble «le meilleur de la dynamique, le supermarché et les cafés dans le même concept». Son test pilote a débuté l’été dernier, à Valdemoro (Madrid), sous la bannière “Suma Express”. Tournés vers l’avenir, les plans visent à rénover principalement les installations des centres urbains dans le but qu’à terme, une centaine de ses près de 300 points de vente actuels opèrent sous ce format de franchise.

Source: ALIMARKET

Étiquette moins fraîche et plus blanche

C’est ainsi que l’achat de l’espagnol a changé en une décennie. Les Espagnols visitent moins les magasins et réduisent leurs dépenses en biens de consommation en raison de l’essor du format Mercadona ou Lidl.

Il n’y a pas si longtemps, il y a à peine 10 ans, quatre euros sur 10 que les Espagnols dépensaient pour le caddie allaient chez le boucher, l’épicier, le poissonnier du quartier, ou au marché, ou à la galerie gastronomique. De plus, nous sommes sortis pour acheter beaucoup, tant dans ces positions que dans le super ou l’hyper, et nous avons dépensé une grande partie du budget sur des marques grand public bien connues. Au cours de la dernière décennie, certaines tendances ont été imposées qui ont changé la façon dont nous remplissons le garde-manger. Malgré l’inflation en hausse, nous dépensons moins sur le caddie, en raison de l’augmentation des produits de marque maison, et nous n’allons plus tant chez l’épicier du quartier, ni dans l’hyper, mais plutôt dans le supermarché – surtout à Mercadona – , où nous achetons moins de produits frais et plus emballés. Et dernièrement, beaucoup de choses prêtes à manger.

Telles sont quelques-unes des conclusions tirées par le cabinet de conseil Kantar dans une étude sur l’évolution de la consommation de masse (alimentation, pharmacie, produits pour bébés et animaux de compagnie) en Espagne au cours des 10 dernières années, présentée ce mardi. Un secteur qui fait face, de l’avis de Florencio García, directeur du commerce de détail de la consultance, à un grand défi majeur: le démographique. «En 10 ans, la population a à peine augmenté en Espagne de 600 000 personnes; Sans plus de bouches, les ventes n’augmenteront pas en volume. Parallèlement, la population de plus de 65 ans a augmenté de 1,3 million, avec les changements que cela entraîne: moins de jeunes familles, de plus petites maisons… », a-t-il expliqué. “Ces tendances ont marqué une distribution qui a dû s’adapter”, a-t-il noté.

Cette tendance démographique, ainsi que d’autres plus liées à l’évolution de la distribution, attirent le consommateur espagnol actuel, sensiblement différent de celui d’il y a dix ans. L’une des choses qui attire le plus l’attention est qu’en 2019, ils ont effectué en moyenne 246 visites au magasin (actes d’achat) pour remplir le garde-manger. Ils sont 35 de moins qu’en 2010, malgré le boom à proximité. Selon García, l’explication se trouve dans les produits frais: il y a 10 ans, nous nous sommes davantage tournés vers la boucherie, la corbeille à fruits, etc. (la chaîne spécialisée, dans le jargon de la guilde), en plus du supermarché, alors que maintenant, dans une large mesure, «nous résolvons» l’achat, à la fois frais et emballé, en une seule visite au supermarché », résume García.

En fait, en 2010, nous y avons dépensé 49,9% du budget et maintenant 61%. Pendant ce temps, les spécialistes perdent des quotas: au début de la décennie, nous avons effectué 41,1% des achats de produits frais auprès des spécialistes, contre 30,7% l’an dernier. Y compris les emballages, ces magasins sont passés de 10 ans de résolution de 32,9% de l’achat à 24,9%.
La fresque explique également la baisse des dépenses alimentaires au cours de ces 10 années. En 2010, chaque Espagnol a passé
En moyenne 4 344 euros pour remplir le frigo et 10 ans plus tard, 110 euros de moins. Comment est-ce possible? D’abord parce que
la fresque a perdu de son importance dans les dépenses, passant de 48% à 45,5%. Autrement dit, le budget en denrées périssables
il a été réduit de 159 euros (de plus, de la chute de 35 actes d’achat, 30 sont périssables). Dans les produits, le
La tendance à la mode est celle de la nourriture à emporter, qui a donné naissance au terme «marchands». Garcia nie
ce mot, car il soutient qu’ils ne volent pas seulement des occasions de consommation dans les restaurants, mais, surtout,
«Occasions de cuisiner à la maison».

Un autre facteur qui explique la baisse des dépenses est la montée en puissance de la MDD, à laquelle les Espagnols ont consacré 870 euros en 2019, 164 euros de plus qu’en 2010. Aujourd’hui, les marques de distribution (blanches) représentent 37,7% des dépenses des consommateurs, 1,4 point de pourcentage de plus qu’un an plus tôt. Il y a 10 ans, lorsque la crise a dopé la consommation de ces produits, ce pourcentage était de 33,9%. La croissance de la MDD est allée de pair avec les établissements qui y prospèrent le plus, le soi-disant assortiment court (Mercadona, Lidl, Aldi, etc.), qui a concentré en 2019 37,1% des dépenses, neuf points il y a plus d’une décennie.

“L’assortiment court est le grand protagoniste de la décennie”, a déclaré Garcia. Ainsi, Mercadona règne dans la distribution avec une part de 25,5%, sept points de plus qu’en 2010, tandis que Carrefour a à peine gagné six dixièmes sur cette période, de 8,1 à 8,7%. Un autre exposant de ce type de supermarché, Lidl, est passé de 2,8 à 5,6% et menace déjà la troisième place de Dia (6,4%). Dans ce cas, la crise de l’année dernière et demie a gravement miné sa position et son image, en plus de ses résultats.

Non seulement les magasins d’alimentation traditionnels ont perdu leur part. Avec la croissance de l’assortiment court, l’hypermarché, dans lequel Carrefour et Alcampo dominent, a perdu de sa vigueur, passant d’une part de 14,6% en 2010 à 13,5% en 2019. Un phénomène caractéristique du secteur en Espagne est les supermarchés régionaux, qui dans certaines communautés ont servi de pont entre la distribution spécialisée et la distribution moderne. Aucun d’entre eux ne glisse dans les premiers groupes, mais entre tous, ils absorbent 12,2% des dépenses, soit trois points de plus qu’il y a 10 ans. En tout état de cause, la croissance la plus notable est celle du shopping en ligne, qui représente déjà 1,9% des dépenses (0,3 point de plus qu’en 2018) alors qu’il y a 10 ans elle était quasiment inexistante. “Une plus grande différenciation de l’offre en ce qui concerne le magasin physique ainsi qu’une amélioration du processus de livraison aideraient ce canal à se développer”, a déclaré García.

Source: El País

EXKAL ESSENTIAL COMPANY – RDL 10/202

Par la publication du décret-loi royal 10/2020, le gouvernement espagnol a récemment décidé de limiter l’activité des entreprises jugées non essentielles à compter du lundi 30 mars.

EXKAL vise à concevoir, fabriquer, réparer et entretenir des meubles de réfrigération commerciale pour les épiceries. Conformément à ce qui est indiqué au point 2 de l’annexe au décret royal 10/2020, nous sommes inclus dans les entreprises qui doivent poursuivre leur activité en fournissant des biens et services clés pour maintenir la chaîne d’approvisionnement des biens essentiels. De plus, l’entreprise a consulté les instances compétentes pour confirmer notre interprétation de la norme, un aspect qui s’est déjà produit. En raison de ce qui précède, nous sommes obligés de poursuivre notre activité, en respectant les règles et indications de sécurité sanitaire, pendant l’état d’alarme.

Conformément à notre engagement envers nos clients et la société en général, nous travaillerons et assurerons la fourniture des nouveaux équipements demandés et conserverons ceux déjà installés, afin de garantir la chaîne d’approvisionnement alimentaire à la population.

Meubles EXKAL à SPAR PUERTO RICO, supermarché lauréat du «EuroShop RetailDesign Award 2020»

Le supermarché SPAR Puerto Rico de Gran Canaria (Espagne), équipé de meubles EXKAL, a été récompensé à l’échelle internationale pour l’innovation dans la conception de ses magasins.

L’innovation dans la conception des nouveaux magasins SPAR Gran Canaria a été reconnue internationalement dans le plus grand salon mondial des biens d’équipement dans le secteur du commerce de détail: EuroShop. Plus précisément, l’équipe de RCO Arquitectos et sa conception, la boutique SPAR Market Puerto Rico, appartenant au groupe SPAR Mogán, ont remporté l’un des prix internationaux de design les plus reconnus dans le secteur commercial: l’EuroShop RetailDesign Award. Le dimanche 16 février, lors d’un gala spectaculaire tenu à Düsseldorf, le studio d’architectes canariens, qui a également pris en charge les nouveaux designs et rénovations d’espaces dans plusieurs de nos magasins SPAR Gran Canaria, a été proclamé grand gagnant de Ces prix internationaux importants devant les 73 propositions de design présentées par d’autres études graphiques et architecturales de 22 pays du monde.

Parmi ses concurrents, le nouveau magasin Versace à Miami; le Virgin Megastor de Dubaï; l’hypermarché Dunnes Cork en Irlande ou le supermarché Fobby de Laussane.

Le supermarché SPAR Market de Porto Rico, situé dans le nouveau centre commercial de cette zone touristique, est le résultat de l’inspiration, selon les mots d’Orlando Ojeda, PDG de RCO Arquitectos, basé sur «l’essence d’un marché traditionnel, déplacé vers l’espace d’un supermarché contemporain ». Ainsi, la conception de ce nouveau magasin SPAR à Gran Canaria, qui a plus de 2000 mètres carrés de surface, est basée sur un parcours linéaire à travers une large rue où le client peut profiter de différentes zones et coins thématiques de produits gastronomiques , en plus des sections originales de fruits et légumes, épiceries fines, bouchers, poissonniers, boulangeries et plats cuisinés.

Les coins thématiques ont été l’une des principales attractions de ce magasin SPAR, intégrant un spectaculaire «Cheese Cava», avec plus de 400 références locales, nationales et internationales de ces produits; une «cave à vin», unique à Gran Canaria, qui compte 500 références de vins et un coin gourmand où le client peut déguster et déguster jusqu’à 16 types de vins; et un «Cava de Cervezas”, qui comprend une grande variété et la typologie de cette boisson, qui met en évidence les bières artisanales produites sur l’île. Parallèlement à ces Cavas, la conception du SPAR Puerto Rico Market a également incorporé un confortable “Rincon de Ham ‘pour distribuer à ses clients différentes variétés de jambon serrano à la coupe.

Le jury de l’EuroShop RetailDesign a particulièrement apprécié l’innovation des designs dans chaque espace de notre magasin SPAR Market Puerto Rico: les plafonds décoratifs des caves avec la superposition de matériaux, l’éclairage soigné de chaque espace et un décor très original dans chaque coin de ce supermarché La grande façade en verre et la cafétéria qui s’ajoutent à cet établissement moderne sont d’autres aspects nouveaux importants de la conception.

Nous sommes fiers d’avoir fait partie de ce projet innovant, et ce prix fait partie de l’héritage d’un ami très spécial qui nous a quittés, Aurelio Martinez.

Merci Aurelio.

EXKAL chez EUROSHOP 2020

Merci de visiter notre stand à EUROSHOP 2020.